3 petits exercices de respiration pour reprendre le contrôle


Continuellement exposés au stress, aux aléas et tracas du quotidien, à une surcharge de travail ou tout simplement à l’actualité, on retient instinctivement notre souffle et notre organisme finit par saturer. On nous répète souvent « Respire, ça ira mieux ». Simple à dire, mais pas si simple à faire. Si la respiration est un besoin fondamental puisqu’elle nous maintient en vie, la plupart d’entre nous ne savent pourtant pas respirer correctement.


Le stress et les surcharges émotionnelles entraînent des respirations superficielles qui s’établissent surtout dans le tiers supérieur de nos poumons. Et c’est précisément là que ça coince puisque la partie inférieure de nos poumons (celle qui fournit le plus d’oxygène au reste du corps) n’est pas sollicitée, ce qui rend ce dernier moins alerte et les capacités cognitives diminuent. Mais alors, comment on respire ?


Lorsqu’un téléphone portable ou un appareil surchauffe, il faut généralement appuyer sur le bouton réinitialiser pour le redémarrer. C’est, de façon très imagée, la même chose pour le système nerveux et l’organisme. La respiration se révèle être un puissant outil pour reprendre le contrôle sur soi-même et relâcher la pression. Avec de la pratique, elle peut également se révéler comme une alliée indispensable à la productivité et avoir, à long terme, un impact positif sur votre physique et votre santé mentale et émotive au travail.


Ainsi, prendre quelques minutes par jour pour pratiquer des exercices de respiration permet d’éloigner, à long terme, certains problèmes de santé.

Plusieurs de ces exercices sont faciles à apprendre et ne nécessitent pas d’équipements spéciaux. Surtout, ils peuvent être fait n’importe où, n’importe quand ; avant une réunion décisive, après une dispute avec un collègue, le matin, lorsque l’open-space est encore calme et vide ou à la pause-café en sortant quelques instants prendre l’air.


La respiration diaphragmatique :


Elle aide à chasser ce nœud dans le ventre qui compresse nos organes et elle détend le diaphragme, ce petit muscle qui fait l’effet d’une pompe à air dans nos poumons. On inspire par les narines en gonflant le plus possible son ventre. Une fois gonflé, on retient sa respiration durant 3 à 5 secondes et on expire lentement par la bouche. On recommence autant que nécessaire, jusqu’à ce que l’on sente le nœud se défaire.


La respiration profonde :


Elle est celle qui procure le plus cette sensation de « réinitialisation » de l’organisme. Yeux fermés, ventre gonflé au maximum, on insuffle progressivement un peu d’air dans les poumons, en contractant légèrement le ventre. On retient l’air entre 3 à 5 secondes puis on expire et on sent l’oxygène parcourir son corps, du cerveau jusqu’aux orteils.


La respiration « décompte » :


Sans doute la plus efficace pour calmer rapidement le stress et retrouver son calme. On ferme les yeux, on visualise les chiffres 1 - 2 - 3 - 4 - 5… on inspire en comptant le premier chiffre et on expire sur le deuxième, et ainsi de suite. On compte le plus possible jusqu' à atteindre un état de pleine sérénité. Attention toutefois à ne pas s’endormir.


Petit bonus : Dans le rire, on respire aussi. C’est une respiration qui a une capacité hors normes sur le système nerveux tant le rire aide à diminuer la douleur et le stress. En prenant la vie avec beaucoup d’humour et de légèreté, on dépollue son esprit et surtout, on fait plus de place à l’oxygène dans nos poumons.



0 commentaire